Mais c'est ça les vacances

by Ministère Magouille

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
2.
(free) 04:15
Tout minot dans son berceau très tôt, Rocco fut affublé d’un majestueux tuyau Il s’aperçut ses Pampers comme jamais personne ne les avait percées C’est dans le regard et son large sourire que sa doudou compris l’ardeur de ses désirs Et du soir au matin la vie bat son plein, tout comme tout comme tout comme son bassin Rocco Rocco Siffredi oh my god quel zizi ! Rocco Rocco Siffredi c’est la nuit au lit qu’il combat l’ennui Rocco Rocco Siffredi oh my god quel zizi ! Rocco Rocco Siffredi as-tu vu mon appendice mon fils Il se doit de visiter toutes les cavités de toutes ses invitées et il flanque son fleuret avec fougue dans le profond fourreau des femmes enflammées Totalement étalé, quel talent, l’étalon italien est à l’aise Et du soir au matin la vie bat son plein, tout comme tout comme tout comme son bassin Puis il lâche sa gouache sur les miches des filles moches pour ne pas qu’elles s’attachent, pour ne pas qu’elles s’entichent Cette fille je la hais, je la tabasserais cash seulement si elle a les seins clairs Et du soir au matin la vie bat son plein, tout comme tout comme tout comme son bassin
3.
Si la noirceur des jours de haine vient se pointer telle une migraine que de lancinants souvenirs se mettent à tuer tous les désirs La vie s’étiole et tu ne sais pas comment en finir avec ça qu’est devenu dans ce ciel gris l’étincelante lueur de la vie L’imagination c’est la source du bonheur Si l’ennui est d’un goût amer l’imaginaire est l’antiquaire qui troque volontiers sans pitié chagrin contre félicité Pour faire de la joie son étendard souvent quelques rêves suffisent on catapulte ses idées noires à grand coups de matière grise On s’achève comme un grain de poussière en plein milieu d’un courant d’air l’imagination s’ankylose le cérébral qui fait la pause Quand le songe devient le remède contre la triste platitude la divagation vous obsède et ainsi tue la solitude A tous les indigents de l’esprit ceux dont les cellules paressent les rêveries guérissent de l’ennui les chimères soignent de la tristesse
4.
Tabarnack d'hostie d'câlisse, c'est un fucking caribou Maudit crisse, sacrement, sacrifice Un caribou qui s'prénomme Jean-Loup Tabarnack d'hostie d'câlisse, c'est un fucking caribou Maudit crisse, sacrement, sacrifice Y'est pas plus fin, et y s'appelle Martial Dans la nuit tard le soir, Jean-Loup s'en va juste prendre un coup Déambulant sur les trottoirs, les yeux injectés, l'estomac qui secoue Errant dans toutes les rues, dans la débauche de Montréal En compagnie d'un malotru d'la même race, son cousin l'orignal Assis sur l'espoir d'un jour connaître le succès Nos deux bestiaux en mal de gloire s'présentèrent dans un cabaret Dans l'déficit de la certitude ou bien dans l'bénéfice du doute Ils évitèrent la platitude en entonnant Johnny Be Good Ainsi l'effet fit mouche, l'auditoire fut estomaqué D'entendre ça sortir d'la bouche de nos deux fameux cervidés La stupeur fut totale mais le public : catégorique Faudrait leur photo dans l'journal, ou bien que les médias rappliquent Et puis un beau matin, ils embarquèrent vers HOLLYWOOD A l'instar de deux stars, qu'auraient leur faciès dans les fast-food En moins de deux semaines, ils remplirent des stades olympiques En chantant leur rengaine, ils ramassaient un max de fric Mais un jour,à malheur, alors qu'ils voguaient sur des éloges On les r'trouva inanimés, au beau milieu de leur loge Sans doute la poudre, ou bien l'alcool avait causé tout ce mal Triste bilan nos deux amis avaient vomi leurs cordes vocales.
5.
Ça fait longtemps qu’on l’attendait cet heureux jour Voici venu l’heure du départ mon amour La glacière est-elle bien chargée dans l’auto ? Donne les clés de la BX, faut que je contrôle les niveaux Un dernier tour dans la maison, c’est mieux ainsi Merde on allait laisser le chien dans la buanderie ! As-tu pris les gameboys pour les gamins Qu’ils nous foutent un peu la paix durant le chemin Mais c’est ça les vacances C’est fou quand on y pense Ça nous changera d’l’usine sauf si nos collègues d’boulot sont dans l’même camping Après une bonne heure de route on est arrivé La Turbale, c’est pas la porte d’à côté Notre emplacement est à l’ombre près des sanitaires Depuis quinze ans qu’on vient, c’est la place qu’on préfère Chérie, descends le parasol de la galerie, tu f’rais mieux d’mettre ton bob, car je crois qu’tu rougis On se oint de crème solaire, de l’écran total mais les ultraviolets nous sont quand même fatals Le ciel; le soleil, la mer, quel dépaysement c’est pour ça qu’on vient au même endroit tous les ans Il y a l’air iodé qui chatouille les narines les grillades, le barbecue et les fumées de sardines On va à la pêche et même si on revient bredouille pendant c’temps-là les enfants nous cassent pas les pieds Ah ! Quel plaisir pétanque et puis l’apéro et sur le port le soir, la petite glace à l’eau Mais c’est ça les vacances C’est con quand on y pense Ça nous changera d’l’usine sauf si nos collègues d’vacances sont dans la même usine
6.
02:59
Sous sa peau verte et lisse, le ver est dévoreur ses pépins sont un cœur, sa tête est une queue. Dans la tarte elle s'étale sans la moindre fadeur ses tranches dans la gelée, lui donne aspect fastueux. Le père pommier juge bon de la laisser tomber pour mourir en compote, dans une crêpe fourrée La pomme (bis) Pressée, elle devient cidre, procurant flatulences, l'usine Andros la chasse, mais elle combative. Car en fermant les yeux, elle prouve son indolence et signe sa vengeance d'une pourriture hâtive Son père pommier vit mal le décès de sa fille mais par amour pour elle, il se tiendra tranquille
7.
08:20
A l’heure où le soleil finit sa journée, quand l’insouciance vient s’asseoir à vos côtés à l’abri du stress, on paresse en terrasse. Faudrait un r’montant pour r’monter en surface. Et l’odeur de l’anis s’empresse de vous narguer. Le cliquetis des glaçons vient vous réveiller. Des amuse-gueule dans toutes les gueules c’est étonnant Étonné qu’ça entonne autant d’cocktails détonnats ! Aïe aïe aïe, c’est l’heure de l’apéro Aïe aïe aïe, quelle aubaine un bistrot Aïe aïe aïe, soyons pas si pressés Aïe aïe aïe, on a toute la soirée Choisir première tournée demande concentration trop palabrer entraîne la déshydratation Les verres doivent arriver dans la minute qui suit Bien que pas trop pressé, on a peur de l’oubli On descend les verres à l’allure de psychopathes Prends-en un deuxième, on r’part jamais sur une seule patte Marcel se lève et dit “ça y est, elle est bien d’dans !” Les esprits s’échauffent, les voix s’élèvent, c’est troublant Choisir dixième tournée demande concentration Mais la vessie vexée demande évacuation On fait des lois mais pas l’apologie d’l’alcool Y’a plus d’conversations sensées, tout le monde picole Aïe aïe aïe, c’est l’heure de l’apéro Aïe aïe aïe, tout le monde au restau Aïe aïe aïe, on a tous des p’tits yeux Aïe aïe aïe, faudrait qu’on mange un peu Aïe aïe aïe, on a dû trop tarder Aïe aïe aïe, le restau est fermé Aïe aïe aïe, trop long fut l’apéro Aïe aïe aïe, allons vers le digeo

credits

released February 1, 1999

license

all rights reserved

tags

If you like Ministère Magouille, you may also like: